Stratégies éprouvées pour la mise en œuvre de l'automatisation dans l'industrie manufacturière

Trois points clés à retenir de la session de questions-réponses de la conférence NEXT 2023

Un groupe d'experts réunis autour d'une table discute de l'automatisation dans le domaine de la fabrication

« La pénurie de main-d'œuvre pousse les clients à automatiser et limite leur capacité à mettre en œuvre et à entretenir avec succès leur automatisation », a déclaré Killian Lapeyre, responsable de l'unité commerciale hygiène, spirale et machine d'emballage vers palettiseur chez Intralox, lors de l'ouverture de la session NEXT 2023 consacrée à l'automatisation dans le domaine de la fabrication. 

Outre le manque de main-d'œuvre qualifiée, la demande du marché pour des produits uniques de différentes tailles est telle qu'il faut toujours une technologie d'automatisation de plus en plus complexe et que les fabricants peinent à suivre le rythme. L'automatisation n'est pas une solution simple et universelle. 

Comment les fabricants peuvent-ils savoir quels processus doivent être automatisés ? L'automatisation existante doit-elle être améliorée ? Si oui, comment ? Et au moyen de quelles technologies ? 

« Le format final d'un projet d'automatisation peut varier radicalement d'un secteur à l'autre », poursuit M. Lapeyre. « Mais les projets exécutés avec succès reposent sur un grand nombre de principes communs en matière de planification et de conception ». 

Notre groupe d'experts s'est réuni en mars pour discuter des expériences de ses membres et donner un aperçu de leur travail d'automatisation avec les fabricants. Voici les trois principaux facteurs de réussite qui ont été identifiés.

Standardisation 

« Je recommande vivement la standardisation des plateformes de matériel et de contrôle dès lors que vous entamez un processus d'automatisation », a déclaré Peter Twigg, directeur de l'automatisation et ingénieur chez Maple Leaf Foods. 

Bien qu'il s'agisse d'une idée simple et peut-être même intuitive, il invite les fabricants à ne pas négliger les économies que la standardisation peut offrir en matière de maintenance, de réparation et d'exploitation (MRO). 

« Vous pouvez stocker des pièces de manière transversale sur plusieurs machines au lieu d'acheter du nouveau matériel chaque fois que vous faites l'acquisition d'un équipement », a déclaré Twigg. 

Mais comme il l'a mentionné, tout n'est pas qu'une question de matériel. C'est la standardisation combinée des pièces et des contrôles qui présente les plus grands avantages pour les opérations de MRO. « La standardisation du matériel, mais aussi des plateformes de contrôle, est très importante pour nous », a déclaré M. Twigg. 

De nombreux fournisseurs proposent leurs propres plateformes de contrôle, dotées chacune d'une méthode de programmation unique. Pour prendre en charge plusieurs plateformes dans une seule installation, une opération nécessiterait « des ressources techniques très avancées », a déclaré M. Twigg. 

Une approche plus durable consiste à utiliser un maximum de deux plateformes par installation, mais idéalement une seule, ce qui permet au personnel de travailler de manière plus fluide sur l'ensemble de l'opération. « Une fois qu'ils ont été formés sur une plateforme, ils sont capables de travailler sur d'autres équipements », a déclaré M. Twigg. Cela nous amène au prochain point à retenir de la table ronde… 

Formation continue 

« Je ne sais pas combien de fois cela a été dit aujourd'hui, mais vous devez former votre personnel », a déclaré Cory Gardner, directeur de l'ingénierie chez Shearer's Foods. 

Une formation réussie commence avant même l'installation de l'équipement dans le but de découvrir et d'améliorer les lacunes ou les inefficacités potentielles des procédures opérationnelles standard. Et surtout, elle ne s'arrête jamais. La formation continue et pratique du personnel d'exploitation et de maintenance est essentielle pour assurer un fonctionnement 24 heures sur 24 et la rétention du personnel. 

Si vous faites confiance à sa technologie et à sa compréhension de votre activité, il ne vous reste plus qu'à vous fier à son expérience. Et cette expérience vous permettra de surmonter de nombreux problèmes dont vous ne soupçonnez même pas l'existence.

Daniel LoRusso
Directeur des ventes, des mises à niveau et des systèmes, Amérique du Nord, BW Integrated Systems

« C'est probablement la partie la plus difficile, et il est assurément difficile de garder ce personnel », poursuit M. Gardner. Il suggère que votre partenaire équipementier s'installe sur place pour la formation initiale et le démarrage, puis qu'il laisse à votre équipe la liberté de se familiariser avec l'équipement et de se poser naturellement des questions au fil de son travail. 

« Nous les envoyons en formation pendant un mois ou deux, en fonction de la complexité de la machine », explique M. Gardner. « L'objectif est qu'ils soient un peu en difficulté et qu'ils posent des questions ». 

Puis, lorsqu'il sera temps d'organiser une formation de suivi, invitez à nouveau votre partenaire équipementier. Cela nous amène à la dernière astuce de la table ronde pour une automatisation réussie…

Partenaires de confiance 

« Les partenariats entre les équipementiers et les fabricants sont essentiels », a déclaré Greg Jacob, vice-président senior chez ProMach. 

De toutes les idées abordées par les participants de la table ronde, celle-ci a été le plus fortement approuvée. Nos experts ont expliqué qu'il est essentiel pour les fabricants d'avoir ou d'établir une relation de confiance avec leur équipementier, en particulier au cours des premières phases d'un projet d'automatisation.

Pour M. Jacob, cela signifie que chaque partie du partenariat doit être transparente au sujet de ses objectifs, ainsi que des qualités plus « intangibles » que les chiffres concrets d'une offre. Celles-ci peuvent vous indiquer si l'équipementier en question possède l'expertise opérationnelle nécessaire pour mener à bien votre projet.

« Votre fournisseur potentiel est-il accompagné d'une équipe technique qui pose de bonnes questions ? », demande M. Jacob. « Que prennent-ils en charge lors de la gestion de projet ? Quel est leur processus ? »

M. Gardner a partagé un sentiment similaire, mais plus abstrait : l'établissement d'une relation avec un équipementier commence souvent par une intuition concernant la capacité de ce dernier à s'intégrer dans votre équipe avec un esprit ouvert et à alimenter votre processus de collaboration.

« Je dois trouver quelqu'un de flexible, car je ne connais pas toutes les spécifications à l'avance », a déclaré M. Gardner. « Quelqu'un qui peut travailler avec nous du début à la fin du processus, qui sera présent avec la même équipe et qui veillera à ce que celle-ci ne change pas en cours de route ».

« D'autre part, il s'agit d'examiner la créativité au cours de la phase initiale du processus », poursuit-il. « Il s'agit de voir comment l'équipementier procède pour réaliser un dessin, comment il s'assure que je comprends bien le contenu de ce dernier, et de s'assurer qu'il peut l'expliquer à l'équipe de fabrication ».

Cette collaboration étroite avec les équipementiers permet aux équipes d'utilisateurs finaux des fabricants de se familiariser avec le projet et de se l'approprier. Ken VonderHaar, directeur mondial de l'intégration verticale pour les canettes chez Anheuser-Busch, estime que ces éléments ont joué un rôle crucial dans tous les projets qu'il a menés à bien.

« Outre les principes fondamentaux d'une bonne planification en début de projet », a déclaré M. VonderHaar, « nous avons constaté que ce qui fait le plus la différence entre le succès et l'échec d'un projet, c'est l'engagement de l'équipe de l'usine ».

Enfin, Daniel LoRusso, directeur des ventes, des mises à niveau et des systèmes, Amérique du Nord, chez BW Integrated Systems, a souligné l'importance de l'expérience de votre partenaire. Selon lui, la confiance se crée facilement lorsque l'on trouve un partenaire ayant de solides antécédents de réussite.

« Pour moi, deux éléments sont déterminants : la confiance et l'expérience », a déclaré M. LoRusso. « Si vous faites confiance à sa technologie et à sa compréhension de votre activité, il ne vous reste plus qu'à vous fier à son expérience. Et cette expérience vous permettra de surmonter de nombreux problèmes dont vous ne soupçonnez même pas l'existence ».

Résumé 

Bien sûr, l'automatisation et les défis qui y sont liés prennent des formes diverses et variées. Et se lancer dans un nouveau projet d'automatisation peut être intimidant, tant pour votre entreprise que pour l'équipe de votre usine.

Mais certains éléments peuvent faciliter le processus et augmenter vos chances de réussite, et celui que notre groupe d'experts a jugé le plus important est le choix de votre partenaire.

Nous tirons une grande fierté de nos longues et fructueuses collaborations. Contactez-nous dès les premières étapes de votre prochain projet afin que nous puissions vous aider à le mener à bien en tant que membre de votre équipe.

Nous remercions tout particulièrement les experts qui ont partagé leurs points de vue et leurs expériences lors de cette table ronde à la conférence NEXT 2023 :

  • Cory Gardner : directeur de l'ingénierie chez Shearer's Foods
  • Greg Jacob : vice-président senior chez ProMach
  • Daniel LoRusso : directeur des ventes, des mises à niveau et des systèmes, Amérique du Nord, chez BW Integrated Systems
  • Peter Twigg : directeur de l'automatisation et ingénieur chez Maple Leaf Foods
  • Ken VonderHaar : directeur mondial des opérations verticales pour les canettes chez Anheuser-Busch

Actualités et perspectives